Interview | Eric Mongrenier

Nous avons fait la connaissance d’Éric Mongrenier : pilote moto paraplégique champion de France PMR Cup 1000 centimètres cubes en 2020. Déterminé et en recherche de sensation forte, ce gendarme de formation a accepté de répondre à nos questions.
 

Présentation

Motard depuis mes 18 ans, amoureux de la montagne et sportif dans l’âme, j’ai rejoins les motocyclistes de l’escadron de la garde républicaine de 2000 à 2012. Ensuite, mon parcours a évolué vers la Brigade Motorisée de Foix dans l’Ariège de 2012 à 2013. Ce fût l’année de mon accident, au guidon de ma moto personnelle suite à une perte de contrôle sur du goudron fondu, impossible d’éviter le véhicule en face.
 

«  La vie ne s’arrête pas avec le handicap, elle change c’est tout ! Il n y a pas d’obstacles insurmontables. »

 

Quel est votre parcours ?

Mon accident a été comme une renaissance pour moi, chaque jour j’apprennais un peu plus : réadaptation, rééducation à l’hôpital, en centre… les épreuves ont été nombreuses. Je suis atteint d’une paraplégie suite à une lésion de la moëlle dorsale (d4), ce qui est donc assez haut. Je me suis d’abord mis au tennis de table puis j’ai repris la moto en 2018. C’est un parcours semé d’embûches où il a fallu faire confiance à l’équipe qui m’entourait, je ne suis rien sans mes aidants. Depuis 2018, j’ai été deux fois vice champion de France handisport et champion de France en 2020, la consécration.
 

 

La course moto a-t-elle changé votre vie ?

J’ai été compétiteur dans ma jeunesse en tant que patineur artistique, mais ma grande passion reste la moto, auparavant dans ma vie professionnelle (suite à son invalidité, Éric a été réformé de la Brigade Motorisée ndlr) et dans ma vie privée actuellement.

Entre les recherches de partenaires, les entraînements et les déplacements jusqu’aux circuits pour les courses (en Italie par exemple), ce sport mécanique comble un grand vide dans ma vie. Au travers de ces compétitions on se sent vivre et exister !
 

Quelles sont vos motivations ?

Vivre et non revivre ! Prendre du plaisir à vivre et du plaisir à faire mes activités sportives favorites (moto et tennis de table). Avoir été Champion de France en 2020 avec mon Suzuki 1000 GSXR est une motivation supplémentaire pour m’améliorer, rechercher toujours plus de performances.
 

 

Comment préparez-vous une compétition ?

J’adapte plus ou moins mon alimentation car niveau physique j’évolue beaucoup, j’essaie de soigner mes articulations. J’utilise également des moyens modernes (console de jeux ) pour m’entraîner sur les circuits.

Je roule pendant les sessions roulages (journée d’accès aux circuits pour les particuliers) pour garder les repères et l’habitude de la moto, car sur deux roues, la pratique régulière est essentielle si l’on veut être performant et progresser.
 

«  Je suis heureux au point d’en avoir oublié que j’étais en fauteuil roulant…  »

 

Comment voyez-vous l’avenir ?

Avec un second titre de champion de France ?! L’avenir… je ne fais pas de projets pour l’avenir lointain. Dans un premier temps, poursuivre la moto, continuer à vivre tranquillement avec celle qui partage tout de ma vie. L’avenir semble être radieux hors contexte covid bien sûr. Vivre la vie avec un « pneu » d’insouciance aussi ! Pour conclure, la vie ne s’arrête pas avec le handicap, elle change c’est tout. Il n’y a pas d’obstacle insurmontable. Je suis heureux au point d’en avoir oublié que j’étais en fauteuil roulant.

NDLR : Eric vient de décrocher à nouveau le titre de vice-champion de France en PMR Cup des 1000 centimètres cubes, bravo à lui pour cette superbe saison !

1 réponse

  1. Bonjour Guillaume, merci pour ce chouette témoignage. Respect pour Eric ! Merci de transmettre, et bonne continuation à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.