Ascension du Kilimandjaro | Morad Ferrahi

Notre rubrique Loisirs & Culture nous amène ce trimestre dans le domaine de la randonnée sportive avec comme athlète Morad Ferrahi, 38 ans, atteint d’un handicap moteur de naissance, une faiblesse neurologique des deux jambes. Sa volonté de changer le regard sur le handicap est un véritable vérin pour venir à bout de ses expéditions. Il peut également compter sur le soutien de plusieurs partenaires dont l’Association des Paralysés de France.

Après sa glorieuse ascension du Mont Blanc (plus haut sommet d’Europe) en juin 2021, ce Wattrelosien s’est de nouveau challengé avec comme objectif cette fois-ci : le Kilimandjaro en Tanzanie (Afrique) culminant à 5 895 mètres d’altitude.
 
 
Une préparation conséquente

Sportif de nature, Morad s’est infligé un entraînement intensif de plusieurs mois, boosté par un coach et par sa propre détermination. Hormis ces séances habituelles de préparation physique générale (PPG), le sportif a également eu recours aux fameuses séances de préparation physique spécifique (PPS), bien connues des athlètes d’endurance (montée d’escaliers, parcours sportif lesté…).
 

« Je ne me suis jamais considéré comme handicapé, rien ne me freine ! Valides ou invalides, ayez un seul regard » 

 
Pour ce deuxième périple qui s’est déroulé sur 7 jours de trek du 18 au 25 juin 2022, Morad a partagé son aventure au sein d’un groupe de huit personnes dont un guide. Pour gravir le Kilimandjaro, pas moins de 8 heures de marche quotidienne furent nécessaires, excepté le dernier jour. Arrivés à 4 800 mètres d’altitude, après une nuit froide et rythmée par les rafales de vent, les randonneurs ont grimpé jusqu’au sommet en 6h30 pour ensuite redescendre en 10h30 de marche non-stop !
 

 
Place à la récup’

Une telle ascension demande énormément d’énergie, malgré de bons repas concoctés par les cuisiniers membres de l’équipe, le nordiste aura perdu 4 kg en une semaine d’efforts physiques intenses.

À son arrivée en France le 27 juin 2022, une belle réception l’attendait dans sa commune pour le féliciter. Le maire de Wattrelos, accompagné de l’élu au Handicap, Rabah Dahmani, étaient présents. Morad a emmené la poupée Berlouffe, emblème de la ville, au sommet ! « C’est plus que phénoménal ce qu’il a fait, et c’est un message universel pour tous », selon Rabah Dahmani. Maintenant, place à la récupération !
 
 
Source

www.actu.fr
Anne-Sophie Hourdeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.